Le temps vient du latin Tempus, qui induit la division de la durée, et il serait né avec le Big Bang.

En ce samedi matin, nous l’avons abordé de trois manières :

  • Le Passé

Le temps passé c’est avant tout nos souvenirs qui se ramènent à notre mémoire de manière intentionnelle ou pas (la madeleine de Proust). Cette mémoire est sélective, elle peut être aussi inconsciente, car même le corps a une mémoire !

Nous sommes tous identifiés à notre passé, et pourtant même sans cette mémoire (comme dans la maladie d’Alzheimer), le temps continue de couler …

  • Le Présent

L’instant présent peut être perçu comme agréable, et alors nous voudrions l’arrêter, ou tout au moins le « prendre » pour en profiter. Et souvent aussi l’organiser, le gérer, le maîtriser.

S’il est perçu comme désagréable, alors nous pouvons être tentés de le fuir par de nombreux divertissements, pour nous échapper de ce temps, de ce retour sur soi ?

  • Le Futur

Tous les ouvrages sur le développement personnel parlent de ce moi futur, ce moi imaginé, qui n’existe pas encore, et qui pour autant occupe une bonne partie de notre temps : projets rêvés, buts à atteindre, gérer l’angoisse du futur incertain …

Et si nous laissions le temps au temps d’exister ? Si nous laissions plus d’ennui dans nos vies, dès maintenant pour pouvoir mieux habiter ce temps présent, et donc le temps futur ?

Au lieu de nous laisser entrainer vers le besoin toujours plus pressant de remplir sans cesse ces 1440 minutes qui nous sont attribuées chaque journée de notre vie …

 

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.